Cotonou la belle !

 

APA est implantée au Bénin depuis 2012; aujourd’hui nous vous présentons la plus grande ville du pays : Cotonou.

 

Bordée par le lac Nokoué au Nord et par l’océan Atlantique au Sud, Cotonou est le principal pôle d’attraction du Bénin. La ville est le centre économique et politique du pays même si sa capitale demeure Porto-Novo.

 

Ville portuaire et centre économique

 

Cotonou se développe dès 1830 pour le commerce des esclaves. Plus tard, ce sont ses voies d’eau qui lui permettent de conserver une importance stratégique. Ainsi, Cotonou est avant tout un carrefour commercial.
 
Son port est le poumon de l’économie béninoise, il assure plus de 90% des échanges du pays avec l’extérieur. Il permet un accès rapide vers le Nigéria voisin et de relier à la mer plusieurs pays de la sous région, notamment le Niger, le Burkina Faso et le Mali.

 

Cotonou abrite également le marché Dantokpa qui serait le plus grand d’Afrique de l’Ouest. Lieu de vie des populations, le marché s’anime tous les jours et on y vend de tout.
Il faut signaler que Dantokpa est le domaine des femmes : elles détiennent 90% des affaires dans le marché.
 

La vie à Cotonou

 

Déjà peuplée d’environ 3 millions d’habitants, Cotonou ne cesse de s’étendre sous l’effet de la croissance démographique et de l’exode rural comme dans beaucoup de métropoles africaines.

 

Ceci fait de Cotonou une ville en perpétuelle agitation. Le jour, les rues sont animées par les petites boutiques installées devant les maisons et par les vendeurs ambulants.

Le soir, on se retrouve dans les petits « maquis » (restaurants) pour partager une « béninoise », la bière nationale. Les week-ends sont consacrés aux cérémonies et le dimanche, après le culte, c’est le pique-nique à la plage pour certains.

 

Toutefois l’urbanisation galopante et un peu anarchique de Cotonou, ne va pas sans poser de problèmes.

La pauvreté est assez visible à Cotonou. Le phénomène touche notamment les enfants et en particulier les filles. Au marché ce sont des filles en âge d’aller à l’école qui alpaguent les clients.

 

Aussi Cotonou est une ville peu saine. Elle est polluée, notamment par le nombre important de taxis-motos,  les « zems » et leur essence frelatée. De plus, Cotonou se situe au dessous du niveau de la mer. En saison des pluies, la ville est inondée et les eaux ne peuvent s’évacuer facilement.

 

Portrait de benjamin, stagiaire apa au burkina faso


Nous accueillons en ce début de mois de juin un jeune stagiaire nommé Benjamin dans l’équipe d’APA Burkina Faso.

 

Originaire de Perpignan, Benjamin, 22 ans, a réalisé un parcours scientifique dans le domaine de la chimie dans lequel il a obtenu un DUT Génie Chimique Génie des procédés suivi d’une licence professionnelle Polymères pour l’industrie et l’environnement. Il restera trois mois à Ouagadougou afin d’apporter son aide aux deux volontaires en service civique basées au Burkina Faso. Son objectif sera de coordonner les différents chantiers solidaires prévus par APA pour l’année 2015. De plus, passionné de rugby, Benjamin tentera sous forme d’activités d’initier les enfants à son sport favori grâce au don de cinq ballons du club où il est licencié.

 

Ce volontariat est sa première expérience humanitaire à l’international. Il pourra ainsi développer ses compétences en gestion de projet ou en comptabilité et comprendre les différents besoins au niveau de l’éducation en Afrique de l’ouest tout en s’intégrant complètement dans une autre culture que la sienne.

L’équipe APA est très fière d’accueillir ce jeune homme motivé et lui souhaite une bonne mission.

 

Le renouveau du programme evi

Ces dernières semaines, APA a beaucoup œuvré pour le développement du programme evi. Des idées nouvelles ont été proposées, applicables dès l’année scolaire 2015-2016 et le programme reste dynamique et compte se développer toujours plus, tant en termes qualitatifs que quantitatifs.

 

 

Le programme evi est un programme relativement récent créé par APA en 2012. Il vise à créer des partenariats d’échanges culturels entre des écoles béninoises ou burkinabé et des écoles françaises, pour les classes allant du CE2 à la 4ème.


Le programme se partage entre l’activité principale d’échanges culturels entre les élèves, qui peut consister en des échanges épistolaires, rédactions d’histoires communes, envois de photos et apprentissage de l’histoire et la culture du pays d’échange, les activités complémentaires proposées par APA qui vient présenter l’association et organiser des activités découverte de la culture du pays d’échange et participer à l’organisation de sorties culturelles et d’évènements ludo-sportifs et les ateliers que sont des documents ludiques fournis par APA à l’attention des élèves en classe.

 

L’objectif de ce programme est de lutter contre les préjugés par la découverte concrète de la vie quotidienne des élèves des deux pays d’échange. A travers leurs échanges, les élèves sont invités à découvrir et apprécier les différences culturelles entre eux, mais aussi à accepter ces différences et à s’ouvrir et s’exprimer au-delà de celles-ci.


Les activités complémentaires et les ateliers visent quant à eux à dépasser les idées reçues et découvrir le monde associatif et la solidarité internationale de façon ludique afin que les élèves les plus jeunes et les plus âgés puissent saisir plus facilement les enjeux qui entourent les questions de coopération.

Evi se veut être un programme facile d’utilisation pour les professeurs et les élèves. Des guides et manuels ont été élaborés mais la marge de manœuvre des enseignants et professeurs restent un point important qu’APA n’entend pas restreindre. Chaque année, APA adapte le programme au regard des remarques et des désirs formulés par les enseignants et professeurs.


Pour l’année scolaire 2015-2016, APA cherche à créer plusieurs nouveaux partenariats de ce type avec les écoles françaises.
N’hésitez pas à nous contacter si vous connaissez une potentielle école intéressée ou si vous souhaitez vous investir à nos côtés !

 

Le volontariat en engagement de Service Civique : une opportunité pour les jeunes comme pour l’association

L’ONG Afrique Pleine d’Avenir est composée de personnes aux profils variés qui travaillent tous dans l’objectif d’améliorer les conditions d’enseignement des enfants des pays d’implantation. Les antennes françaises et les représentations africaines n’ont pas de salarié : elles regroupent de nombreux bénévoles, des stagiaires, des bénévoles d’été pendant les chantiers solidaires, ainsi que des volontaires en engagement de Service Civique.

Cet engagement de Service Civique est un dispositif français destiné aux jeunes européens entre 16 et 25 ans qui souhaitent accomplir une mission d’intérêt général d’une durée de 6 à 12 mois. Indemnisé par l’Etat à hauteur d’environ 500 euros par mois, ce contrat peut s’effectuer en France ou à l’étranger. Intervenant en complément de l’action des employés et bénévoles d’une structure,  les missions du volontaire permettent de développer de nouveaux projets au service de la population et de démultiplier l’impact d’actions déjà existantes.


APA recrute des volontaires en engagement de Service Civique au Bénin et au Burkina Faso. Les volontaires travaillent en appui des coordinateurs nationaux et sont amenés à développer de manière générale les différents projets de l’ONG. Les missions sont polyvalentes et permettent d’appréhender les enjeux actuels de la solidarité internationale depuis le terrain. Les volontaires engagés au Bénin ont notamment pu mener un projet de construction de salles de classe dans un village de la région du Couffo, tandis que les volontaires au Burkina ont assuré le suivi d’un centre multi-activités inauguré l’année dernière dans la région de Ouagadougou.


Le recrutement des prochains volontaires en engagement de Service Civique est ouvert pour l’automne 2015 et l’ONG continue d’avoir besoin de bénévoles tout au long de l’année en France (Paris, Lyon, Bordeaux) comme sur le terrain.

 

Portrait du mois : Jéromine, volontaire apa au benin

Depuis le début du mois de mai, l’équipe APA s’est une nouvelle fois agrandie. Après trois stagiaires en avril, l’équipe Bénin a vu l’arrivée de Jéromine Régnier, nouvelle volontaire en service civique pour une mission d’un an. Jéromine vient remplacer Clémence qui termine sa mission fin mai.

 

 

Fraichement diplômée d’un Master 2 en science politique, à Grenoble, Jéromine est bénévole pour APA depuis octobre 2014. Chargée des chantiers solidaires, elle s’est notamment occupée des inscriptions des volontaires aux chantiers. D’ailleurs, Jéromine a déjà une expérience chantier. L’été passé, elle a passé 3 semaines au Togo avec l’ONG Voluntarios.

 

L’arrivée de Jéromine marque une étape importante dans la pérennisation de la représentation béninoise, assurant un suivi des activités menées depuis octobre par les deux premiers volontaires en service civique.

 

Nous souhaitons donc bonne arrivée et bon courage à Jéromine pour son année de volontaire chez APA!

Portrait du mois : léa, stagiaire apa au bénin

Le début du mois d’avril marque l’arrivée de Léa, nouvelle stagiaire pour l’équipe d’APA Bénin.


Jeune française de 19 ans, Léa est issue d’un DUT Carrière Sociale, Gestion urbaine et développement touristique. Elle restera deux mois avec l’équipe APA Bénin basée à Azové dans la région du Couffo. Elle appuiera l’équipe pour le projet de construction d’un module 3 classes ainsi que pour la préparation aux chantiers 2015.


Ce stage est pour elle une première expérience au sein d’une organisation de solidarité internationale. C’est l’occasion d’appréhender les enjeux du développement, de comprendre le fonctionnement d’une structure associative, et de mieux visualiser les missions conférées aux chargés de gestion de projets. Elle souhaite ainsi poursuivre sa formation professionnelle en coordination de projets humanitaire et de développement.


APA accorde une grande importance au recrutement des stagiaires. Chaque année sont recrutés des stagiaires qui sont d’un grande aide dans l’action globale d’APA, en France comme sur le terrain. Devenir stagiaire pour APA représente également un intérêt certain pour des jeunes souhaitant découvrir le milieu des ONG. Depuis sa création APA cultive des valeurs de proximité et de réactivité propres aux petites structures. Ainsi les missions sont adaptées aux compétences et motivations de chacun, et permettent d’acquérir une première expérience sur le terrain, devenue rare dans le monde des ONG.


L’équipe APA Bénin se réjouit de l’arrivée d’une aide supplémentaire et lui souhaite une bonne mission !

 

Présentation du programme meebo

MEEBO est un programme conçu par APA qui œuvre en faveur de l’accès à l’éducation à travers la construction et la rénovation d'infrastructures scolaire.

 

 

Beaucoup d’écoles en Afrique font face à de nombreuses problématiques dont le manque d'infrastructures et les mauvaises conditions d'apprentissage. Pour réduire l’influence de ces problèmes, APA a défini deux types de constructions en mesure de répondre aux enjeux de l'éducation. Il s'agit de modules (une ou trois classes) et de centres multi-activités.

 

A travers ce programme, APA a déjà permis la réalisation de plusieurs projets telle que la construction d'un centre multi-activité au sein de l’école de Yolstaaba dans le village de Tingandogo, au Burkina Faso. Le bâtiment de 20 mètres sur 3,25 mètres, construit en partenariat avec l’Association la Voûte Nubienne et accueillant une salle d'atelier et une bibliothèque, a permis aux 227 élèves de bénéficier d'un enseignement dans de meilleures conditions.

  

Fort de ses précédents succès, APA souhaite développer ce programme en 2015. Il s'agit cette fois de la construction d'un module 3 classes au sein de l'école d'Amahoué, au Bénin. Cette infrastructure permettra de favoriser les conditions d'éducation de l'école, puisqu'elle possède des moyens très limités en termes d'infrastructures. Cela permettra aussi le développement du village qui s'inscrit dans une démographie grandissante.

Portrait de Jules Kiendrebeogo, Coordinateur National d’APA au Burkina

 

 

Jules Kiendrebeogo passe son enfance à Ono, en Côte d'Ivoire. A l'âge de 12 ans, il s'installe avec sa famille à Ouagadougou, au Burkina Faso. Diplômé d'un baccalauréat A4 (équivalent du baccalauréat littéraire), Jules s'oriente vers des études dédiées à l'enseignement. Il débute sa carrière d'enseignant en 1994. Jules travaille aujourd’hui à l'académie, au service des examens concours de la circonscription de Baongo. Il est en charge des examens concours des enseignants, réceptionne les dossiers des examens des CM2 et émet une décision sur l'orientation en collège des élèves du CM2.

 

Durant sa carrière professionnelle, Jules s'est toujours impliqué dans le domaine associatif avec la volonté grandissante d'enrayer les inégalités et de favoriser un accès équitable à l'éducation. Avant de rejoindre APA, il a milité pendant plus de 20 ans aux côtés de différentes associations telles que la Croix Verte engagée dans l'environnement, le Mouvement Burkinabè des Droits de l'Homme et du Peuple qui s'engage dans la protection des droits de l'homme ou encore la Ligue Burkinabè des Consommateurs.

Tout aussi sensible au domaine artistique, Jules suit diverses formations dans le théâtre, le batik, la musique, la poterie, le dessin et la photographie.

 

    Sa passion pour l’art et sa vocation humaniste vont profondément influencer ses méthodes pédagogiques et le conduire à soulever la nécessité d'intégrer des Activités Pratiques de Productions, dites APP, aux programmes scolaires.

 

En 2007, Jules fonde sa propre école, il la baptise « Yolstaaba » (ce qui signifie « entraide » en mooré). La combinaison des activités manuelles et artistiques que propose Yolstaaba à ses élèves en fait une école unique et innovante. Les activités menées sont variées, et permettent d'éveiller les enfants à des compétences parfois insoupçonnées dans la confection d’objets en cuir et de bracelets de perles, la danse, le chant, le théâtre, la peinture…

 

En 2010, Jules rejoint l'équipe d'APA et initie avec son président, Simon Arnaudet, un projet de création d'un centre multi-activités qui accueille notamment une bibliothèque. Dans cette optique, Jules et APA scellent un partenariat durable qui favorise la pratique d'activités manuelles, et identifie comme une priorité l'accès à la connaissance et aux savoirs à travers la lecture. En septembre 2014, le centre multi-activités est inauguré.

 

En tant que Coordinateur National d'APA Burkina Faso, Jules est devenu un élément clé du terrain pour l'association. Il est le référent de toutes les activités qui se déroulent au Burkina Faso : il est à l'initiative de nouveaux projets de construction , organise durant l’été les chantiers solidaires APA, tisse des partenariats durables avec les acteurs locaux et encadre les volontaires en service civique sur place. Présent sur tous les fronts, Jules est un homme hautement impliqué, au service des autres et toujours à l'écoute des besoins.

Une école pleine d’Avenir à Amahoué

 

 

Dans le cadre de son programme axé sur la construction d’infrastructures scolaires, l’équipe APA Bénin travaille depuis le mois d’octobre 2014 sur l’identification des besoins des villages de la région d’Azové dans le Couffo (Sud-Ouest). Après la visite de 15 écoles, elle a sélectionné le village d’Amahoué pour y entreprendre un projet de construction de 3 salles de classe associé à diverses activités menées en partenariat avec l’ONG Plan Bénin, qui a une grande expertise dans la mise en place de projets communautaires.


Amahoué est un hameau de 574 habitants, situé dans la commune de Djakotomey. Avec plus de 62% de jeunes de moins de 18 ans et une moyenne de 6 enfants par foyer, la problématique de l’accès à l’éducation est primordiale dans le village. L’école primaire du village ne dispose à ce jour que d’une salle de classe en terre cuite et une salle en bois construites par les habitants, ainsi que d’un apatam (salle de classe ouverte sur base bétonnée) construite par les volontaires d’un chantier solidaire APA pendant l’été 2014.


Le projet « Une école pleine d’avenir à Amahoué », conçu sur un an, comprend la construction d’un module 3 classes et l’équipement des classes en mobilier, mais aussi une sensibilisation des parents sur la scolarisation des enfants, la formation des enseignants sur les mesures alternatives aux châtiments corporels, la dispense de cours de soutien scolaire et l’appui à l’élaboration d’un plan de développement de l’école. Différentes activités seront également mises en place selon l’approche « Enfant pour enfant », plaçant l’enfant au centre de son processus de développement et des décisions relatives à sa communauté, à travers notamment la création d’un gouvernement d’enfants. Enfin, consciente de l’importance d’intégrer l’approche communautaire dans ce projet, l’équipe a souhaité proposer un appui et un accompagnement aux femmes du village pour la mise en place d’Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit (AVEC).


Aujourd’hui, l’équipe APA au Bénin a terminé la rédaction du projet et a procédé aux premières demandes de financement. Le travail continue et toute l’équipe se concentre sur la recherche de nouveaux bailleurs de fonds afin de débuter, comme prévu, la construction de l’école à l’automne 2015.

 

Le Centre multi-activités apa et les activités extra-scolaires de Yolstaaba

 

 

Le centre multi-activités de l’école de Yolstaaba a été inauguré en septembre 2014. Depuis 2012, APA Burkina a travaillé avec les enseignants, parents d’élèves et enfants pour mettre en place ce projet qui s’inscrit dans la démarche particulière de cette école. En dehors des cours ordinaires, l’équipe pédagogique cherche à développer des activités différentes. Les enfants de l’école, grâce au travail de leurs enseignants et d’APA, peuvent aujourd’hui participer à des séances de tutorat, des activités manuelles multiples et des ateliers lectures au sein de la nouvelle bibliothèque du CMA.

 

 

 

Les cours en classe reprennent tous les jours à 15h. Durant l’heure qui précède, les élèves sont encouragés à se rassembler par petits groupes. L’un d’eux est désigné par les enseignants comme « tuteur ». L’objectif est de permettre aux élèves ayant un niveau scolaire plus avancé que les autres d’encadrer des séances de révisions ou d’exercices afin d’aider les autres élèves à progresser.

 

 

Au sein de ces groupes plus restreints et sans la présence de l’adulte, les enfants se permettent plus facilement de poser des questions et de se tromper. Le travail en autonomie, organisé ainsi, participe à la réussite scolaire de nombreux élèves de cette école.

 

 

L’équipe pédagogique de Yolstaaba accorde de l’importance aux activités extra-scolaires auxquelles les enfants peuvent être initiés. Différents ateliers, principalement des activités manuelles, sont mis en place tous les jeudis matins (jour normalement réservé au repos dans les écoles burkinabè). Dans les salles de classes ou dans la salle polyvalente du CMA en plus petits nombres, les élèves ont participé à des ateliers de perles, de maroquinerie ou de batiks.

 

 Dans les mois à venir, l’équipe APA Burkina compte rechercher des partenariats avec de nouveaux intervenants afin de développer d’autres activités telles que la confection de marionnettes, la danse, le théâtre ou des ateliers autour du conte. En développant ainsi l’esprit créatif des élèves et en leur permettant de s’ouvrir davantage au monde de l’artisanat et des arts, les enseignants de Yolstaaba et APA espèrent permettre un plus grand épanouissement des enfants de l’école.

 

Depuis son ouverture en novembre 2014, la bibliothèque du CMA de Yolstaaba connaît un succès grandissant. Les élèves des plus grandes classes en particulier (CE2, CM1 et CM2) empruntent régulièrement des livres qu’ils peuvent ensuite lire à la maison. Depuis la fin du mois de février, un système de permanences quotidiennes a été mis en place. De cette façon, tous les élèves de l’école ont aujourd’hui accès régulièrement aux livres en consultation sur place ou pour emprunter.

 

 

Par la suite, l’équipe pédagogique de l’école et l’équipe d’APA Burkina vont travailler à l’organisation régulière d’ateliers de lecture plus formels. Inciter les élèves de primaire à lire en dehors de leur classe, juste pour le plaisir, est sans doute l’un des meilleurs moyens de les aider à améliorer leurs résultats scolaires. 

 

 

La réussite du lancement de ce projet de centre multi-activités à l’école Yolstaaba est très encourageante. APA et l’équipe pédagogique de Yolstaaba sont aujourd’hui confiantes quant aux répercussions positives de ce projet sur la réussite scolaire des élèves de l’école, au niveau primaire dans un premier temps mais aussi dans la poursuite de leurs études. En s’appuyant sur le succès de ce projet, l’équipe  d’APA Burkina étudie déjà la possibilité de création d’un nouveau centre multi-activités aux alentours de nouvelles écoles partenaires de l’association.

Portrait de Tata Inès, Journaliste, présentatrice TV et psychopédagogue petite enfance

Cette semaine, les deux volontaires en service civique APA ont participé à l’émission « le Club des Fans » présenté par Inès FACIA (communément appelée « Tata Inès ») coproduite par MEDIA productions et l’ORTB depuis 2003.

 

Le Club des Fans est un programme télévisuel éducatif pour les enfants. Conçue de manière à renforcer les capacités d’expression des enfants, l’échange et le partage des connaissances, c’est une émission qui permet aux enfants d’être au cœur de l’action.

 

Inès FACIA concilie sa fonction de Directrice Générale de MEDIA productions et sa passion pour les enfants à la télévision. Elle est la première personne en Afrique à avoir initié un journal télévisé pour les enfants et les parents.

 

« Tata Inès » est une femme active et engagée, au point d’avoir d’être reçue dans l’Ordre National du BENIN en 2012 au titre de « Officier de l’Ordre du Mérite du BENIN ».

Choix des écoles pour les chantiers 2015 au Burkina Faso

 Anseko

L’école de Anseko, école privée créée en 2007 par son directeur actuel compte aujourd’hui 67 élèves répartis en trois classes multigrades (CP1-CP2, CE1-CE2 et CM1-CM2). Malgré plusieurs réparations et reconstructions des murs et de la toiture des classes, les fortes intempéries de la saison des pluies continuent de rendre inaccessible les salles de classes à certaines périodes de l’année. L’enthousiasme du directeur, des élèves et de l’équipe enseignante de cette école ont par ailleurs beaucoup influencé l’équipe dans sa sélection.

 


Kossyam

L’école de Kossyam, école publique principale du 7ème arrondissement de Ouagadougou depuis sa création 1987 présente des problématiques très différentes. L’établissement est divisé en deux écoles primaires et comporte deux classes de niveau collège (6ème et 5ème). Comme dans de nombreuses écoles publiques au Burkina Faso, les classes de Kossyam sont surchargées. Elles comptent chacune un minimum de 100 élèves (154 pour la classe de CE2 de l’école Kossyam « A »). De nombreux projets pourraient être réalisés en partenariat avec cette école dans les années à venir. Les chantiers de cet été représentent une opportunité de marquer le début d’une longue collaboration.


Le portrait du mois : Clémence et thomas, nos volontaires au Benin

Depuis octobre 2014, deux volontaires français représentent APA au Bénin. Clémence et Thomas travaillent sur plusieurs fronts : l’élaboration d’un projet de construction de trois salles de classes dans la commune d’Amhoue, la préparation des chantiers solidaires d’APA pour l’été prochain mais également la mise en place d’évènements, etc.

 

« En service civique pour APA au Bénin depuis le mois d’octobre 2014, cette expérience est pour moi l’occasion d’asseoir mes connaissances théoriques et de bénéficier d’une première expérience sur le terrain. En effet, après une licence en langues étrangères, j’ai choisi de me tourner vers les relations internationales et de me spécialiser en gestion de projets de développement. J’ai suivi cette formation à Paris au sein de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), tout en étant en parallèle bénévole pour APA. Il a ainsi été très logique pour moi de poursuivre mon engagement au sein de cette structure en partant développer ses activités depuis le Bénin. Mon poste est très polyvalent et me permet d’approfondir mes connaissances sur la thématique de l’éducation dans laquelle je compte continuer de travailler ».

 

« Mon volontariat en service civique avec APA au Bénin représente pour moi une véritable opportunité de mettre en pratique mes compétences et mes connaissances. Après mon master en gestion de projets de développement à l’IRIS, j’étais à la recherche d’une expérience sur le terrain qui m’apporterait le savoir-faire et le savoir être des missions de développement. Après cinq mois de missions, j’ai l’impression d’avoir appris et découvert tellement de choses, que tous les masters du monde n’enseignent pas. Mon poste est très polyvalent, chaque jour réserve ses surprises et ses imprévus. Même s’il me reste encore sept mois de missions, je peux déjà dire que cette expérience sera déterminante pour la suite de mon parcours ».

Le programme Evi au Bénin

Echanges épistolaires entre le collège Dekandji au Bénin et le collège Saint-Joseph de Cap Breton en France

Retrouvez l'album complet en cliquant sur l'image

 

Le programme EVI a vu le jour au sein d’APA en 2013 et a pour objectif de bâtir un pont culturel entre ses écoles africaines et françaises partenaires tout en sensibilisant le jeune public à la solidarité internationale et à la notion d’interculturalité à travers différentes activités et ateliers. Le mot evi vient de la langue adja parlée dans une partie du Sud-Ouest du Bénin et signifie « enfant ».

Pour la deuxième année consécutive, le programme se déroule au Bénin au sein du collège public du village de Dekandji, dans la commune de Dogbo (région du Couffo). Plusieurs séries de lettres avaient été échangées durant l’année scolaire 2013/2014 avec le collège privé Saint-Joseph de Cap-Breton en France. Les élèves de ce dernier avaient même procédé à l’envoi de fournitures scolaires.

 

Heureuse du succès de cette première expérience, l’équipe APA a prolongé ce partenariat qui vise à s’inscrire dans la durée. Au mois de janvier de cette année 2015, les nouveaux élèves béninois de 5ème ont eu le plaisir de recevoir une série de lettres venant de la France. Les deux volontaires en service civique, Thomas et Clémence, présents sur place cette année, se sont rendus au collège de Dekandji afin d‘assister à la rédaction des réponses des élèves. Les volontaires ont pu constater de l’enthousiasme des jeunes béninois qui, pour la plupart, avaient déjà préparé des éléments de réponses chez eux et apporté quelques photos à envoyer à leurs correspondants. La séance d’écriture a été précédée d’un atelier « apprendre à écrire une lettre » dispensé par le référent du programme EVI de l’école et professeur de français, Thierry SODEGADJI. Les deux volontaires ont pu échanger avec les élèves qui se sont appliqués à décrire leur quotidien et leurs habitudes alimentaires dans leurs lettres.

 

A la demande de l’équipe pédagogique et dans une démarche d’interculturalité, les deux volontaires proposeront aux élèves dans les prochaines semaines un ou plusieurs ateliers présentant la France (géographie, climat, cuisine, etc.) afin qu’ils puissent s’enrichir au maximum de leurs échanges avec leurs correspondants français. Le même type de séance sera prévu en France.

Lancement des inscriptions pour les chantiers solidaires de l'été 2015 !

Les inscriptions pour les chantiers solidaires APA sont officiellement lancées! N'hésitez pas à cliquer ici pour en savoir plus ou à nous contacter directement via l'adresse contact@ong-apa.org !

APA sur France 5, dans la quotidienne !

Ce midi, sur France 5, Guillaume Cheruy, responsable des chantiers solidaires APA était l'invité de La quotidienne ! (à partir de 13'28). Retrouvez la video ici!

APA chez Vivre FM !

                                      Les chantiers d'été APA, c'est parti ! 


 

Envie de participer à un chantier solidaire en Afrique? Lancez-vous avec APA !  

Les inscriptions sont ouvertes pour nos missions au Bénin et au Togo qui se dérouleront de juin à septembre 2014. 

 

Faites-nous part de votre motivation et de vos questions, ici ! 

 

Et retrouvez-nous sur Facebook pour plus d'info !

 

 

 

 

________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

Retrouvez le programme détaillé sur la page Facebook d'APA !

 

Semaine de la Solidarité Internationale 

 

Parce que solidarité rime avec convivialité, APA et La Maison des Ensembles de Paris, présentent pour la première fois le festival "Hip-hop APA" autour des arts urbains, le vendredi 22 novembre de 19h30 à 22h.

 

Cet événement réunissant chant, danse, slam et beat-boxing, mettra à l'honneur de jeunes talents issus de la scène française et africaine, tels que Bon Gamin Ent, Musah, Basik School ou encore, le groupe multicorde Original Tchek, et bien d'autres surprises...

 

 

 

 

Maison des Ensemble de Paris

 

 

 

 ______________________________________________________

 

 

Romain François, jeune photographe de talent, est parti avec APA au Burkina Faso cet été.

Dans le cadre de la Semaine de la Solidarité Internationale, il partage un peu de cette Afrique avec nous à travers une magnifique exposition à La Maison des Ensemble de Paris, que nous sommes fiers de soutenir !

 

3, rue Aligre - 75012 Paris Exposition "Regards d'Afrique : les enfants de la joie" du 16 au 24 novembre à la Maison des Ensembles de Paris.

 

En Afrique, seuls 70% des enfants sont scolarisés dans le primaire contre 96% pour les enfants des pays « développés ». Ainsi, 3 enfants sur 10 n’ont pas la possibilité d’aller à l’école.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Afrique Pleine d'Avenir Photographies : Pauline De Courrèges